Sailhan

Village de la vallée d'Aure au cœur des Pyrénées

Sailhan en automne

Le patrimoine de Sailhan,
notre passé, notre mémoire

Sailhan

Le nom de Sailhan proviendrait d’un domaine antique Salius ou Sagillius. Cette appelation laisse supposer une occupation antique. Au moyen-âge, un château, aujourd’hui disparu, était situé sur un promontoire qui s’avance sur la vallée pour former un « saillant », ce qui permet à certains de penser qu’il s’agit là de l’origine géographique et latine du nom du village. Il n’y a pas d’édifice classé à Sailhan, et pourtant, pour celui qui sait regarder, rechercher, écouter, les richesses sont bien présentes, diverses, anciennes, parfois très caractéristiques des villages de la vallée d'Aure. Le village est à la croisée de deux routes départementales, l’une conduisant de Bourisp à Ens, l’autre de Saint-Lary Soulan à Estensan puis Azet. Loin de l’agitation du tourisme intensif, Sailhan garde son caractère authentique.

Les maisons traditionnelles

une maison de Sailhan avec Gallerie en bois


L’architecture traditionnelle des maisons de la vallée est bien présente ici. La maison d’habitation et les bâtiments d’exploitation agricole, étable, grange, auvent, hangar, volière et parfois jardin et verger, formaient un tout dans lequel on pénétrait par un portail. Nous retrouvons encore cette structure dans quelques maisons anciennes à Sailhan. Les maisons d’habitation les plus riches avaient généralement un étage et une galerie qui animait la façade sud. Cette galerie, lieu abrité et ouvert, servait de lieu de stockage et de sèchage pour le bois, les récoltes, le linge, mais c’était aussi un lieu d’agrément tempéré. Le portail était souvent sculpté, les encadrements de portes et fenêtres décorés. Allons voir le village...

L'église

Statue de Saint Laurent dans l'église Statue de la Vierge dans l'église

L’église Saint-Laurent, patron du village, est de style gothique. Elle a été construite à la fin du XIXème siècle. Ses proportions sont équilibrées et ses lignes élégantes. Elle est ouverte et appelle à la visite. On y trouvera un chrisme du XIIe siècle dont l’histoire est surprenante. On peut aussi y admirer une vierge à l’enfant debout dite Notre Dame de Sailhan qui provient de l’ancienne église romane aujourd’hui disparue. La lumière filtrée par les vitraux et les proportions intérieures harmonieuses confère à ce lieu une atmosphère paisible. En savoir plus sur cette église









Les fontaines du village

 La fontaine vieille

Parcourir de village d’une fontaine à l’autre, l’une très ancienne, les autres plus récentes, écouter le bruit de l’eau qui coule en permanence, procure un réel plaisir tant ces fontaines nous séduisent et contribuent à la personnalité du village. Une visite aux fontaines de Sailhan...












Le Moulin de la Mousquère

Le moulin de la Mousquère

Le moulin de la Mousquère, construit vers le XIIème siècle, en ruine puis reconstruit et réparé à plusieurs reprises a été restauré entre 1996 et 2000. D’abord propriété du seigneur d’Estensan, il fût plus tard racheté par 32 paysans de Sailhan et 16 d’Estensan. Il fonctionne et constitue un témoin vivant, instructif et émouvant d’un passé que la plupart des lecteurs de ce site n’ont pas connu. En savoir un peu plus sur le moulin…









La vallée du Rioumajou

L'hospice du Rioumajou

Sailhan est propriétaire, en indivision avec Saint-Lary Soulan, d’une partie de la vallée du Rioumajou depuis bientôt 600 ans. Les Sailhanais sont attachés à cette vallée qui est splendide. La coupe des bois du Rioumajou fût autrefois la ressource principale du village. Les estives de cette vallée permettent le maintien d’une activité d’élevage d’ovins et de bovins à Sailhan. A tout cela, s’ajoute la rareté et la fragilité d’un certain nombre d’espèces sauvages animales et végétales. C’est pour toutes ces raisons que depuis 2007, la vallée du Rioumajou conjointement avec celle du Moudang constituent une zone spéciale de conservation (ZSC) dans le cadre du réseau européen Natura 2000. Allons au Rioumajou !

Le ferroir de Sailhan

Le ferroir de Sailhan

Un autre témoin du passé se trouve à Sailhan : c'est le ferroir ou métier à ferrer les animaux de tractage : chevaux ou boeufs. Le ferroir de Sailhan a été restauré en 1996 par un charpentier d'Aulon. Il se trouve sur un petit monticule au bout du chemin du PI, à côté d'un calvaire.