Sailhan

Village de la vallée d'Aure au cœur des Pyrénées

Sailhan, le haut du village

Le patrimoine de Sailhan - Les fontaines

L’eau c’est la vie. La vie pour les hommes, le bétail, les animaux sauvages, les plantes. En montagne, et en vallée d’Aure tout spécialement, l’eau coule en abondance et revêt un caractère absolument essentiel. C’est l’eau qui fournit l’énergie aux moulins. Il y a deux cents ans, la vallée comptait une quarantaine de moulins répartis sur une quinzaine de villages : moulins à farine, moulins pour faire fonctionner les premières scies mécaniques, foulons pour battre les draps et la laine tissée, forges, tous construits le long des ruisseaux comme le moulin de la Mousquère. Cette énergie de l’eau est transformée aujourd’hui en hydro-électricité. C’est aussi l’eau qui soigne lorsqu’elle est dotée de propriétés médicinales comme c’est le cas de la source de la Garet à Tramezaïgues, qui alimente les thermes de Saint-Lary Soulan ou encore la Reine Ferrugineuse du Moudang.

La fontaine-monument
Fontaine vieille

Sailhan également est riche de ses sources qui fournissent l’eau potable et qui alimentent les fontaines. Quatre fontaines sont réparties dans le village et l’eau y coule en permanence. La fontaine-monument, ici à gauche, est appelée la fontaine vieille. Avant la construction de cette fontaine, les habitants de Sailhan devaient aller chercher l’eau assez loin. En 1834, le 7 février précisément, le Conseil Municipal « après avoir reconnu les avantages qui résultent de la construction d’une fontaine au centre de la Commune, à raison de la propreté et de la salubrité publique et dans le cas d’incendie » sollicite de Monsieur le préfet l’utilisation d’une somme de 2343 francs 20 centimes à prendre sur la vente de la coupe de bois ordinaire, aux fins de l'édification d'une fontaine dans le quartier de "Chitulolou". Le Maire fait appel pour cela au tailleur de pierres Dominique Forgues-Soulé de Gouaux (déjà auteur de la fontaine-abreuvoir de Bourisp en 1929).


les auges de la fontaine vieille Lire la suite...
A l’origine, la fontaine devait être couronnée d’une statue. Cette statue n’a pas été réalisée et c’est un calvaire en fer forgé qui a pris sa place. Il repose sur un piédestal encadré par des volutes en pierre sculptée. Une guirlande fleurie couronne le piédestal constitué d’un chapiteau ionique. L’eau s’écoule des bouches de deux têtes humaines sculptées en marbre blanc - un homme et une femme - dans un bassin godronné en granite. L’abreuvoir comprend quatre auges en ligne, l’eau s’écoulant en cascade de l’une dans la suivante, dans le sens de la pente. Les vasques sont constituées de pierres brutes taillées dans la masse.

La fontaine fut érigée en bord de rue, sur une pièce de terre achetée pour 390 Frs au propriétaire riverain Ambroise BRUN, elle était disposée face à l’aval. En 1910, on déposa la fontaine et on la remonta face à la rue, telle que nous la voyons aujourd’hui, afin d’aménager un ensemble eau potable, abreuvoir et lavoir municipal. Ce lavoir en ciment est érigé dans le prolongement de la fontaine-abreuvoir en remplacement d’un plus ancien où les femmes devaient mettre genoux à terre, posés sur une ardoise. Ce lavoir facilite le travail par la surélévation des bassins et accroît les conditions d’hygiène.

La fontaine de la place et celle presbytère

La fontaine place de l'école

Village d’éleveurs, Sailhan se devait d’avoir d’autres abreuvoirs pour la satisfaction des bêtes. Ainsi fut aménagé un bassin circulaire sur la place face à l’école, bassin dont nous avons encore des photographies et qui fut plus récemment remplacé par une fontaine plus raffinée qui contribue à l’agrément et l’embellissement du village. Il en est de même pour la fontaine du presbytère, qui ajoute une touche très agréable à cette place sur laquelle se trouvent l’église, la mairie et le presbytère entièrement restauré. Les fontaines coulent mais en même temps, nous entendons aussi à cet endroit comme ailleurs dans le village, le ruissellement de l’eau dans les canalisations souterraines. Même la fontaine située en haut du village, au départ du chemin de Caneille a quelque peu été rénovée.


La fontaine devant le presbytere

L’installation de l’eau courante dans toutes les maisons a condamné le lavoir et fait disparaitre les bornes fontaine. Il devait y en avoir cinq, qui ajoutées aux fontaines décrites, suffisaient amplement aux besoins de la population, besoins beaucoup plus modestes que les besoins d’aujourd’hui.
(Sources : un article de Joseph Verdier dans Sailhan Info N°11, 2005 ainsi que des travaux du réseau Pays d’Art et d’Histoire et du portail Patrimoines en Midi Pyrénées)









Petit diaporama des fontaines de Sailhan