Sailhan

Village de la vallée d'Aure au cœur des Pyrénées

Sailhan au printemps

Monographie de Sailhan
par M. Rey, instituteur à Sailhan

Les voies de communication

Les voies de communications reliant les divers villages et parcourant les propriétés sont suffisantes et facilitent énormément l’exploitation agricole.
Les principales sont : la route de Sailhan à Bourisp, ouverte en 1872 et 1873, et qui a une longueur d’environ 2 km. Signalons en passant la lugubre découverte qui fut faite lors de sa construction. A environ 200 mètres du village, on découvrit des caveaux en dalles renfermant des ossements humains et on y trouva même quelques pièces de menue monnaie. Il est à supposer que si des fouilles étaient faites sur la partie formant le talus supérieur de la route, on ferait d’autres découvertes du même genre. Des renseignements que nous avons recueillis, on ne saurait préciser à quelle époque remontent ces tombeaux. L’embranchement de Sailhan à Saint-Lary aboutissant à la route nationale, construit en 1860 et 1861, d’une longueur d’environ 2 km, sert presque exclusivement à l’exploitation des forêts communales de Rioumajou. En outre, il y a le chemin d’intérêt commun, n°42, qui sert à l’exploitation de toutes les propriétés sises au levant du village et où va bientôt venir aboutir la route d’Estensan à Sailhan, actuellement en voie de construction.
Les moyens de communication avec le chef-lieu du canton qui est à 2 km seulement, sont très faciles. Il n’en est pas de même avec le chef-lieu d’arrondissement avec lequel il n’existe pas de moyens de transport direct. Les habitants de cette commune, qui sont obligés de s’y rendre, doivent passer par le chef-lieu du département et doublent ainsi les distances et les dépenses. Avec le chef-lieu du département, le transport des voyageurs se fait de Vielle-Aure à la gare de Lannemezan par des diligences dont le matériel et l’installation ne font pas toujours l’agrément de celui qui ne peut s’empêcher d’y avoir recours.


Lire la suite de la monographie