Sailhan

Village de la vallée d'Aure au cœur des Pyrénées

Sailhan au printemps

Monographie de Sailhan
par M. Rey, instituteur à Sailhan

La démographie

Le chiffre de la population de Sailhan , d’après le recensement de 1886, est de 240 habitants, celui de 1881 était de 257 et remontons un peu plus haut, en 1866 nous trouvons qu’il était de 349. Nous voyons donc en comparant ces chiffres, que la population tend à diminuer d’une manière bien sensible.
A cela plusieurs causes contribuent et la principale est la petite aisance et même pouvons-nous dire la gêne dans laquelle se trouve la majeure partie des familles. Les garçons et les filles, à peine en âge de gagner leur vie, émigrent vers les principales villes de France où ils croient trouver une vie plus douce, plus remplie d’agréments et un travail plus rémunérateur. Certains jeunes gens, restent-ils auprès des parents jusqu’au jour où la loi militaire les appelle sous les drapeaux, quelques uns seulement reviennent prendre la charrue une fois la dette sacrée payée ; les autres cherchent à entrer dans une administration : les uns s’en vont dans l’octroi d’une ville, les autres dans la douane ou dans la gendarmerie.
La population de Sailhan, quoique agglomérée, peut se diviser en 4 secteurs qui sont : la section dite « fond du village », comptant 70 habitants et 20 feux ; la section de « la fontaine » ayant 47 habitants et 12 feux ; celle de « La Place et rue Bouarat » 77 habitants et 18 feux et enfin, la section du « Haut su village » comptant 46 habitants et 12 feux. D’où un total de 240 habitants et de 62 feux. En 1790, nous avons trouvé que le nombre d’habitants était de 200 et qu’il y avait alors 40 feux seulement.


La municipalité et l'administration

La commune est administrée par un conseil municipal composé de 10 membres parmi lesquels sont élus le maire et son adjoint. Les électeurs sont au nombre de 89. Il y a un garde-champêtre et un valet commun. Les autres fonctionnaires sont : le curé qui est naturellement chargé du service du culte catholique seul connu dans la paroisse, l’instituteur communal et l’institutrice communale. Le percepteur de la réunion de Vielle-Aure est chargé du recouvrement des impôts ainsi que du service de la recette municipale pour lequel il perçoit une remise annuelle de 298 francs.
Le bureau des Postes et télégraphes de Vielle-Aure, est chargé de la distribution des correspondances et des dépêches. Il se fait 2 levées par jour à environ 1h d’intervalle : la première vers 8h du matin et la seconde au retour du facteur d’Ens. La valeur du centime pour 1885 était de 7F17, et pour 1886 de 7F23.


Les revenus de la commune

Les revenus communaux ont été en 1885, de 3F270, et en 1886 de 2F879. Ils proviennent du produit de la vente des coupes ordinaires de bois, de la vente des herbages excédants faite à des espagnols qui conduisent dans nos montagnes des troupeaux de bêtes à laine et du prix de ferme de l’hospice de Rioumajou.

Lire la suite de la monographie