Sailhan

Village de la vallée d'Aure au cœur des Pyrénées

La vie à Sailhan - l'élevage

Les brebis

Fin 2014 à Sailhan, il subsiste trois éleveurs de moutons mais deux d’entre eux, déjà âgés, s’approchent de leur fin de carrière. Ils ne gardent que quelques dizaines de brebis pour un complément de revenus et pour l’amour du métier. Quand ils s’arrêteront, leur petite bergerie cessera probablement de fonctionner. Seule la bergerie de Fabrice, avec ses 350 brebis, présente un réel avenir mais la tradition reste bien ténue.

Dans tous les cas, il s’agit ici d’élevage destiné à la production de viande. C’est un métier rude dans lequel on ne compte pas les heures de travail, et dans lequel les weekends sont souvent des jours comme les autres. Aimer la nature, la montagne, aimer les animaux et la vie au grand air, ne pas craindre les fortes dénivellées qu’il faut gravir fréquemment et par tout temps, telles sont quelques-unes des qualités nécessaires à l’éleveur de montagne. A ces qualités s’ajoutent naturellement le savoir-faire et le professionnalisme indispensables pour gérer la bergerie et tout le matériel.


Les trois saisons de l'éleveur de brebis

Le printemps de mars à mai

Le pacage au voisinage de la bergerie

En mars, au moment de la lune vieille, on commence à tondre les brebis. Seule la partie arrière de l’animal est tondue (cette partie est appelée ici le soubail) . Courant avril la laine du mouton a commencé à repousser, on tond alors la partie avant. On met les béliers en lutte, ils vont ainsi fertiliser les brebis en chaleur.
Début mai, les prés sont fumés pour accroître la production de foin.
Fin mai, les brebis sont répertoriées, marquées et font toutes l’objet d’une prise de sang. Cette prophylaxie permet de prévenir l’apparition et surtout la propagation de maladies éventuelles avant la transhumance.
Fin mai, parfois début juin, suivant l'enneigement, les moutons sont emmenés dans les estives du Rioumajou.

L'été et l'automne

Les balles de foin

C’est la période des foins et de l’agnelage.
Les brebis sont dans les estives et font l’objet d’une surveillance périodique. En parallèle, il faut récolter le foin pour nourrir les brebis pendant l’hiver. Il faut toujours un minimum de deux jours de temps beau et chaud consécutifs pour faucher l’herbe, la faire sécher et récolter les balles de foin. Quand la météo est favorable, les foins sont terminés fin juillet. Quand le temps est instable comme en 2014, ce travail dure jusqu’à mi-septembre ! Deux balles de foin sont nécessaires par brebis, soit 600 balles pour un troupeau de 300 bêtes !


Les premiers agneaux de septembre

L’agnelage ne doit pas se faire en montagne car le risque de perdre un grand nombre d’agneaux est trop grand (vautours, renards, froid, chutes…). A la fin du mois d’août, il est donc nécessaire de redescendre dans la vallée, toutes les brebis qui vont agneler en septembre et octobre.
Chez la brebis la gestation dure environ 5 mois. Les brebis fertilisées en avril vont commencer à agneler début septembre. La principale période d’agnelage sera septembre et octobre. Durant toute cette période la surveillance des naissances est intense. Les brebis et leurs agneaux pâturent au voisinage de la bergerie. Les deux tiers des naissances sont concentrées dans ces deux mois. Courant octobre les brebis restées aux estives sont ramenées dans la vallée.

L'hiver

Les rateliers pour permettre aux brebis d'accéder au foin

A partir du mois de novembre ou début décembre en fonction du temps, les brebis sont ramenées à la bergerie, elles resteront à l’intérieur et seront alimentées avec le foin récolté en été.
A l’âge de 3 mois, les agneaux et agnelles peuvent être vendus. Ce délai est un peu plus long s’il s’agit de jumeaux. L’éleveur doit sélectionner et conserver pour lui les meilleurs éléments, femelles et mâles, pour la reproduction future et le renouvellement du troupeau.
Les brebis sont rarement fertilisées aux estives. Celles qui n’ont pas été fertilisées au printemps le seront en automne et cela conduit à une seconde période d’agnelage en février et mars.

Et tout au long de l'année

Il sera nécessaire

Les vaches

Il subsiste un éleveur de vaches réparties sur Sailhan et la commune d’Azet proche de Sailhan. A compléter